Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 14:15

Remarques sur le livre intitulé :

La mystique cité de Dieu, etc.,

traduite de l’espagnol, etc., à Marseille, etc.

 

J.-B. Bossuet

 

Le seul dessein de ce livre porte sa condamnation. C’est une fille qui entreprend un journal de la vie de la sainte Vierge, où est celle de Notre-Seigneur, et où elle ne se propose rien moins que d’expliquer jour par jour et moment par moment tout ce qu’ont fait et pensé le Fils et la Mère, depuis l’instant de leur conception jusqu’à la fin de leur vie ; ce que personne n’a jamais osé.

On trouve dans quelques révélations qui n’obligent à aucune croyance, certaines circonstances particulières de la vie de Notre-Seigneur ou de sa sainte Mère : mais qu’on ait été au détail et à toutes les minuties que raconte celle-ci de dessein formé, et comme par un ordre exprès de Dieu, c’est une chose inouïe.

Le titre est ambitieux jusqu’à être insupportable. Cette religieuse appelle elle-même son livre, Histoire divine, ce qu’elle répète sans cesse; par où elle veut exprimer qu’il est inspiré et révélé de Dieu dans toutes ses pages. Aussi n’est-ce jamais elle, mais toujours Dieu et la sainte Vierge par ordre de Dieu qui parlent ; et c’est pourquoi le titre ajoute que cette Histoire divine a été manifestée « dans ces derniers siècles par la sainte Vierge, à la sœur Marie de Jésus[1]. » On trouve de plus dans l’espagnol, que « cette vie est manifestée dans ces derniers siècles pour être une nouvelle lumière du monde, une joie nouvelle à l’Eglise catholique, et une nouvelle consolation et sujet de confiance au genre humain. » Il faut garder tous ces titres pour le Nouveau Testament : l’Ecriture est la seule histoire qu’on peut appeler divine. La prétention d’une nouvelle révélation de tant de sujets inconnus doit faire tenir le livre pour suspect et réprouvé dès l’entrée. Ce titre au reste est conforme à l’esprit du livre.

Le détail est encore plus étrange. Tous les contes qui sont ramassés dans les livres les plus apocryphes, sont ici proposés comme divins, et on y en ajoute une infinité d’autres avec une affirmation et une témérité étonnante.

Ce qu’on fait raconter à la sainte Vierge dans le chapitre XV, sur la manière dont elle fut conçue, fait horreur et la pudeur en est offensée. Ce chapitre est un des plus longs, et suffit seul pour faire interdire à jamais tout le livre aux âmes pudiques. Cependant les religieuses s’y attacheront d’autant plus, qu’elles verront une religieuse qu’on donne pour une béate, demeurer si longtemps sur cette matière.

        Au même chapitre, après avoir dit combien de temps il faut naturellement pour l’animation d’un corps humain, elle décide que Dieu réduisit ce temps, qui devait être de quatre-vingt jours ou environ, à sept jours seulement. Ce jour de la conception de la sainte Vierge, dit-elle, fut pour Dieu comme un jour de fête de Pâque, aussi bien que pour toutes les créatures, (pag. 237, 238).

C’est, dit-on, une chose admirable que ce petit corps animé, qui n’était pas plus grand qu’une abeille (p. 241), et dont à peine on pouvait distinguer les traits, dès le premier moment pleurât et versât des larmes dans le sein de sa mère, pour déplorer le péché (p. 251).

Tous les discours de sainte Anne, de saint Joachim, de la sainte Vierge même, de Dieu et des anges, sont rapportés dans un détail qui seul doit faire rejeter tout l’ouvrage, n’y ayant que vues, pensées et raisonnements humains.

Depuis le troisième chapitre jusqu’au huitième, ce n’est autre chose qu’une scolastique raffinée, selon les principes de Scot. Dieu lui-même en fait des leçons et se déclare scotiste, encore que la religieuse demeure d’accord que le parti qu’elle embrasse est le moins reçu dans L’Ecole. Mais quoi ! Dieu l’a décidé, et il l’en faut croire.

 

Elle outre ces principes scotistiques, jusqu’à faire dire à Dieu que le décret de créer le genre humain a précédé celui de créer les anges.

Tout est extraordinaire et prodigieux dans cette prétendue histoire. On croit ne rien dire de la sainte Vierge, ni du Fils de Dieu, si l’on n’y trouve partout des prodiges, tel qu’est par exemple, l’enlèvement de la sainte Vierge dans le ciel en corps et en âme, incontinent après sa naissance, et une infinité de choses semblables, dont on n’a jamais ouï parler, et qui n’ont aucune conformité avec l’analogie de la foi.

On ne voit rien, dans la manière dont parlent à chaque page Dieu, la sainte Vierge et les anges, qui ressente la majesté des paroles que l’Ecriture leur attribue. Tout y est d’une fade et languissante longueur ; et néanmoins cet ouvrage se fera lire par les esprits faibles, comme un roman d’ailleurs assez bien tissu, et assez, élégamment écrit ; et ils en préféreront la lecture à celle de l’Evangile, parce qu’il contente la curiosité, que l’Evangile veut au contraire amortir ; et l’histoire de l’Evangile ne leur paraîtra qu’un très-petit abrégé de celle-ci.

Ce qu’il y a d’étonnant, c’est le nombre d’approbations qu’a trouvées cette pernicieuse nouveauté. On voit entre autres choses que l’ordre de saint François, par la bouche de son général, semble l’adopter, comme une nouvelle grâce faite au monde par le moyen de cet ordre. Plus on fait d’efforts pour y donner cours, plus il faut s’opposer à une fable, qui n’opère qu’une perpétuelle dérision de la religion.

On n’a encore lu que ce qui a été traduit ; mais en parcourant le reste, on en voit assez pour conclure que ce n’est ici que la vie de Notre-Seigneur et de sa sainte Mère changée en roman, et un artifice du démon pour faire qu’on croie mieux connaître Jésus-Christ et sa sainte Mère par ce livre que par l’Evangile.

 



[1] D’Agréda.

Partager cet article

Repost 0
Published by M. l'Abbé
commenter cet article

commentaires

coatofarms

Blason épiscopal de S. E. Mgr Michael French, crsa

Recherche

Qui sommes-nous ?

JesuMariaNous sommes une communauté de prêtres catholiques sédévacantistes, Chanoines réguliers de Saint-Augustin, sous l'obédience de Monseigneur Michael French (Royaume-Uni). Nos Ordres sacrés viennent de l'Eglise catholique romaine, transmis par le Rituel du Pontificale romanum traditionnel.

Nous professons la Foi catholique orthodoxe, célébrons la Liturgie selon les décrets du saint Concile de Trente en suivant l'Ordo traditionnel, et pratiquons la discipline ecclésiastique conformément au Code de Droit canon de 1917.

 

Mgr French-copie-1   

Hors de l'Eglise il n'y a pas de salut. Il est nécessaire d'être catholique romain pour être agréable à Dieu et éventuellement sauvé. Seul le respect intégral de la Tradition préserve la vraie piété et les moeurs catholiques.

Contact

96757066 oPour contacter le webmaistre et recteur de la Mission Sainte-Agnès, vous pouvez écrire à l'adresse suivante :

 

abbesscharf @ yahoo.fr (tout attaché)

 

oratoiresteagnes

 

Dimanche

Messe chantée : 10 h 00

Instruction religieuse : 15 h 00

Salut du S.-Sacrement : 16 h 00

 

Semaine

Messe basse : 6 h 30

 

Autres activités

Se renseigner.

 

Ce lieu de culte étant privé, on est prié de s’annoncer en téléphonant ou écrivant à l’Abbé.

   

    F Merci de prendre connaissance

des règles vestimentaires et sacramentelles catholiques.

Prières Catholiques

    trirègneFidélité au Saint-Siège,

c.-à-d. au Souverain Pontife, successeur de saint Pierre, Vicaire de N.-S. Jésus-Christ, garant indéfectible de la Foi catholique.

armes franceFidélité au Prince légitime,

Lieutenant de Jésus-Christ, exerçant le pouvoir par participation au Glaive temporel du Souverain Pontife, Roi des rois.

  voeulouis13 Don Carlos

Nos Missions

Clergé

Maison-mère CRSA en Angleterre

Capilla

Mission CRSA en Espagne et en Italie

oratoire1a

Missions CRSA en France

Les Editions Sainte-Agnès

Editions-et-librairie-Catholique-Sainte-Agnes 2Doctrine catholique traditionnelle intégrale

 

Les Editeurs sont fermement attachés à la doctrine catholique dans son intégralité et son orthodoxie, dans le respect et la soumission au Souverain Pontife, Vicaire de Jésus-Christ sur la terre et Roi des rois, dont le rôle est de confirmer ses frères dans la foi, et de régir les brebis et les agneaux du Seigneur dans une indépendance complète vis-à-vis des maximes du siècle.  

 

ligne éditoriale 

Les Ecclésiastiques se voient octroyer une remise automatique de 15 %.

 

Vaste choix de rééditions des Enseignements du Magistère

Pie VI, Pie IX, Léon XIII, Pie X, Benoît XV, Pie XII, Conciles...S. Pie X