Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Bref résumé

de ce qu’il faut savoir de la doctrine catholique du baptême


 

N

ous n’aborderons ni la question de l’institution, ni celle du ministre, ni celle de la matière, qui sont traitées dans le Catéchisme du Concile de Trente, pp. 166-170.

 

« La première place de tous les sacrements est tenue par le saint baptême »[1]. De plus, « les sacrements de la loi nouvelle non seulement signifient, mais causent la grâce. »[2] On ne peut donc légitimement séparer l’œuvre de Dieu du moyen prévu par Dieu pour opérer cette œuvre : « c’est ainsi que les sacrements de la loi nouvelle causent la grâce : sous l’influence d’une ordination divine, ils sont offerts aux hommes pour causer en eux la grâce. »[3]

 

Définition

 

« La plus juste et la plus convenable est celle qui se tire des paroles de Notre-Seigneur dans S. Jean, et de l’Apôtre dans l’épître aux Ephésiens. Quand le Sauveur dit : Celui qui ne sera pas régénéré par l’eau et par l’Es-prit, ne pourra pas entrer dans le Royaume de Dieu (Jn 3.5) ; lorsque l’Apôtre, parlant de l’Eglise, nous enseigne que Jésus-Christ l’a purifiée par l’eau dans la parole (Eph. 5.26), n’en résulte-t-il pas que le baptême peut très bien et avec justesse se définir : le sacrement de la Régénération dans l’eau par la parole ? Par la nature, nous naissons enfants d’Adam, et nous naissons enfants de la colère ; mais par le baptême, nous renaissons en Jésus-Christ, comme enfants de la miséricorde, car Dieu a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu à tous les hommes qui croient en son Nom, qui ne sont nés ni du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu (Jn 1.12, 13). »[4]

 

Le baptême est donc, à proprement parler, la nouvelle naissance[5] et la recréation[6]. La nouvelle naissance n’est donc pas une réalité psychologique mais sacramentelle ; elle n’est pas une façon de parler, mais une réalité ontologique : le revêtement de Jésus-Christ (Gal. 3.27). Il est la porte par laquelle l’hom-me entre dans l’Eglise[7], c’est-à-dire dans le Royaume de Dieu.

 

Effets

 

Par le baptême, l’homme reçoit le pardon des péchés[8] : le péché originel est effacé et déraciné de l’âme, quant à la réalité[9] et quant à la peine[10]. D’où l’impossibilité d’être sauvé sans le baptême[11]. Il en va de même pour les péchés actuels commis avant le baptême. Cela n’empêche pas que la racine de la concupiscence demeure[12] ; d’où la nécessité du sacrement de pénitence, qui est comme un « baptême laborieux »[13].

 

Par le baptême, l’homme reçoit la disposition à la foi[14], et la possibilité de la vie spirituelle[15]. Il est impossible d’attendre une vie surnaturelle chez celui qui n’est pas baptisé. D’où l’impossibilité d’élever chrétiennement des enfants (au sein de la société domestique et civile) qui n’auraient pas été régénérés, pour ne pas dire intégrés à l’Eglise, « au sein de laquelle les hommes entrent par le baptême, …, [laquelle est une] société surnaturelle qui embrasse tout le genre humain, qui est parfaite en elle-même puisqu’elle dispose de tout ce qui est nécessaire en vue de sa fin, à savoir le salut éternel des hommes »[16].

 

Par le baptême, Dieu rend à l’homme ce qu’il avait perdu en Adam, c’est-à-dire l’innocence : en cela, l’homme retrouve le niveau minimal de la normalité humaine ; mais aussi, l’homme est adopté par Dieu[17], incorporé à Jésus-Christ, etc., de sorte que, loin d’être dispensé ou soustrait à l’observa-tion de la Loi[18], il peut y obéir. Désormais, ses œuvres, accomplies sans servilité, mais par l’action du Saint-Esprit, par sa volonté renouvelée, lui seront imputées à justice, et il en recevra la récompense[19].

 

Résultat

 

Nous voyons donc que, contrairement à l’opinion courante, le baptême ne suit pas la régénération ; il la signifie, car Dieu la confère par lui. Il est, à proprement parler, le commencement de l’œuvre positive du Saint-Esprit dans le cœur de l’homme. Certes, dans le cas des conversions d’adultes non-baptisés, le Saint-Esprit, opère, de façon irrésistible, la préparation à la grâce[20] ; toutefois, celle-ci n’est pas la régénération. En effet cette dernière est accordée à ceux qui ont « revêtu » Jésus-Christ et ont été incorporés à l’Eglise, ce qui ne peut se faire que par le baptême (Gal. 3.27 ; Tite 3.5), le sacrement étant le « signe visible d’une grâce (concomitante) invisible ».

 

La grâce du baptême ne préserve pas nécessairement des chutes ultérieures ; le baptisé doit donc persévérer, avec l’aide quotidienne de Dieu « dans une bonne vie »[21]. La grâce du baptême rétablit la potentialité d’accéder à la finalité surnaturelle de l’homme ; pour ce faire, cette potentialité doit être actualisée. Le baptisé doit donc croître dans la grâce[22].

 

L’inclusion de tout baptisé dans l’Alliance[23] le met dans l’obligation de se conformer à la Loi de Dieu[24], d’autant que la nouvelle naissance l’en a rendu capable, avec l’aide du Saint-Esprit. Refuser de traduire en actes la régénération reçue lors du baptême, c’est apostasier de l’Alliance en commettant l’ingratitude : « tout péché mortel postérieur à la pénitence ramène les péchés déjà pardonnés »[25]. Mourir dans un tel état entraîne la damnation (Ez. 33.12).

 

 

 

  

 


________

 




 



[1] Denzinger (2001), n°1314.

[2] Somme théologique, IIIa, Q. 62, Resp.

[3] Ibid.

[4] Catéchisme du Concile de Trente, p.158.

[5] Denzinger, n°1311.

[6] Denzinger, n°1672.

[7] Denzinger, n°1671.

[8] Denzinger, n°1316.

[9] Catéchisme du Concile de Trente, p.178.

[10] Catéchisme du Concile de Trente, p.180.

[11] Denzinger, n°1524. Exception : le baptême de désir, 1524, 1672.

[12] Catéchisme du Concile de Trente, p.178.

[13] Denzinger, n°1672.

[14] Denzinger, n°2567.

[15] Denzinger, n°1314.

[16] Denzinger, n°3685.

[17] Somme théologique, IIIa, Q. 39, Art. 8, 3m.

[18] Denzinger, n°1620-22.

[19] Denzinger, n°1545.

[20] Denzinger, n°1525.

[21] Denzinger, n°241.

[22] Denzinger, n°1535.

[23] Cf. le traité de S. Jean Eudes sur l’Alliance de Dieu et de l’homme par le Baptême.

[24] Denzinger, n°1536-38.

[25] Somme théologique, IIIa, Q. 88, Art. 2, Resp.

Partager cette page

Repost 0
Published by

coatofarms

Blason épiscopal de S. E. Mgr Michael French, crsa

Recherche

Qui sommes-nous ?

JesuMariaNous sommes une communauté de prêtres catholiques sédévacantistes, Chanoines réguliers de Saint-Augustin, sous l'obédience de Monseigneur Michael French (Royaume-Uni). Nos Ordres sacrés viennent de l'Eglise catholique romaine, transmis par le Rituel du Pontificale romanum traditionnel.

Nous professons la Foi catholique orthodoxe, célébrons la Liturgie selon les décrets du saint Concile de Trente en suivant l'Ordo traditionnel, et pratiquons la discipline ecclésiastique conformément au Code de Droit canon de 1917.

 

Mgr French-copie-1   

Hors de l'Eglise il n'y a pas de salut. Il est nécessaire d'être catholique romain pour être agréable à Dieu et éventuellement sauvé. Seul le respect intégral de la Tradition préserve la vraie piété et les moeurs catholiques.

Contact

96757066 oPour contacter le webmaistre et recteur de la Mission Sainte-Agnès, vous pouvez écrire à l'adresse suivante :

 

abbesscharf @ yahoo.fr (tout attaché)

 

oratoiresteagnes

 

Dimanche

Messe chantée : 10 h 00

Instruction religieuse : 15 h 00

Salut du S.-Sacrement : 16 h 00

 

Semaine

Messe basse : 6 h 30

 

Autres activités

Se renseigner.

 

Ce lieu de culte étant privé, on est prié de s’annoncer en téléphonant ou écrivant à l’Abbé.

   

    F Merci de prendre connaissance

des règles vestimentaires et sacramentelles catholiques.

Prières Catholiques

    trirègneFidélité au Saint-Siège,

c.-à-d. au Souverain Pontife, successeur de saint Pierre, Vicaire de N.-S. Jésus-Christ, garant indéfectible de la Foi catholique.

armes franceFidélité au Prince légitime,

Lieutenant de Jésus-Christ, exerçant le pouvoir par participation au Glaive temporel du Souverain Pontife, Roi des rois.

  voeulouis13 Don Carlos

Nos Missions

Clergé

Maison-mère CRSA en Angleterre

Capilla

Mission CRSA en Espagne et en Italie

oratoire1a

Missions CRSA en France

Les Editions Sainte-Agnès

Editions-et-librairie-Catholique-Sainte-Agnes 2Doctrine catholique traditionnelle intégrale

 

Les Editeurs sont fermement attachés à la doctrine catholique dans son intégralité et son orthodoxie, dans le respect et la soumission au Souverain Pontife, Vicaire de Jésus-Christ sur la terre et Roi des rois, dont le rôle est de confirmer ses frères dans la foi, et de régir les brebis et les agneaux du Seigneur dans une indépendance complète vis-à-vis des maximes du siècle.  

 

ligne éditoriale 

Les Ecclésiastiques se voient octroyer une remise automatique de 15 %.

 

Vaste choix de rééditions des Enseignements du Magistère

Pie VI, Pie IX, Léon XIII, Pie X, Benoît XV, Pie XII, Conciles...S. Pie X