Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Invoquez

Saint Christophe

et vous serez protégé.

 

            C’était un géant à l’aspect terrible. Après avoir servi un roi et Satan ensuite, il s’était converti en voyant le démon trembler et fuir devant une croix. Il fut baptisé et on lui donna le nom de Christophore, qui signifie porte Christ. Il se bâtit un modeste ermitage au bord d’une rivière, et là, comme acte de vertu, il transportait d’un bord à l’autre ceux qui se présentaient. Or, un jour, il fut appelé par une voix d’enfant qui lui demanda de le passer. Christophe aussitôt le mit sur son épaule et entra dans l’eau. Mais l’Enfant lui parut bien lourd, aussi lourd qu’un monde. Comme il s’en étonnait, l’Enfant lui dit : « Tu portes Celui qui porte le monde ». A ces mots, l’Enfant Jésus disparut, laissant Christophe plongé dans l’admiration. Après avoir prêché l’Evangile, il fut martyrisé, disent les auteurs, à Samos, le 25 juillet 251. L’Eglise célèbre sa fête ce jour même.

            Saint Christophe a eu de nombreux dévots depuis les temps les plus reculés. Son image était partout : dans les églises, dans les chapelles, dans les châteaux, dans les cours des maisons.

            Saint Christophe est plus spécialement invoqué contre les périls de la mer, la foudre, les incendies, les orages, la grêle, les épidémies, la mort subite, l’impénitence finale, les accidents de toute sorte, et pour les enfants d’une santé délicate. Les prodiges qu’il accomplit, les grâces qu’il obtient de l’Enfant Jésus sont sans nombre. Il est de tradition que la vue, le matin, d’une image de saint Christophe préserve, ce jour-là, de tout fâcheux accident. Et l’on disait, en façon de proverbe : « Regarde saint Christophe, puis va-t-en rassuré. »

            Des auteurs dignes de foi racontent que Christophe, quelques instants avant sa mort, reçut du Sauveur cette promesse : « Christophe, mon serviteur, que ton corps soit présent ou non, partout où ton nom sera prononcé dans une intercession, ce qui sera demandé sera accordé et ceux qui auront ainsi prié seront sauvés. »

            Bien des prêtres ont son image dans leur bréviaire, nombre de gens ne voudraient pas entreprendre un voyage sans avoir sur eux une médaille du Saint.

            Invoquons donc chaque jour l’illustre martyr, regardons pieusement son image, appelons-le à notre aide à l’heure du danger et dans toutes les épidémies. Plaçons-nous sous sa protection, et soyons bien persuadés qu’il nous assistera dans nos multiples besoins. Imitons sa charité en aidant le prochain, en le secourant, selon nos forces et nos moyens. Celui qui a eu le privilège de porter l’Enfant Jésus est tout puissant au ciel, et si le Sauveur ne résiste pas à la prière de ses saints sur la terre, combien ne doit-elle pas être efficace au royaume éternel ?

            Aimons saint Christophe, prions-le avec confiance, honorons-le chaque jour, et portons pieusement sur nous son image ou sa médaille.

 

____________

 

Prière à Saint Christophe

contre tous les tourments de la vie

(XVème siècle)

 

            Saint Christophe, grand martyr du Seigneur, je vous prie, par le nom du Christ, votre créateur, et par ce privilège qu’il vous a conféré, en vous donnant son nom à vous seul ; je vous supplie, au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit, afin que, par la grâce que vous avez reçue, vous me soyez propice auprès de Dieu et de sa sainte Mère, à moi, pauvre pécheur et votre serviteur. Faites-moi également, par votre pieuse intervention, triompher de tous ceux qui me veulent du mal ; et par ce poids léger qui est le Christ, et que vous avez mérité de porter heureusement sur vos épaules à travers les eaux d’un torrent, daignez alléger mes angoisses présentes, les misères, les tribulations, les machinations mauvaises et perverses, les conspirations frauduleuses, les mensonges, les faux témoignages, les suggestions cachées ou à découvert, et tout ce que les ennemis de la vérité s’efforcent de faire peser sur moi, votre serviteur, par leurs désirs et leurs projets contre mon honneur, afin que je puisse, mon honneur intact et ma vie sauve, me réjouir avec vous dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 

IMPRIMATUR

Sagii, die 7 sept. 1911

F.-J. Girard, v.g.

 

« La Sainte des Causes Désespérées »

Sainte Rita

de l’Ordre de Saint-Augustin

 

+

 

I. – Opportunité de cette Dévotion

 

Le 24 mai 1900, Léon XIII canonisait solennellement une sainte bien peu connue en France, sainte Rita. Et pourtant les catholiques de notre pays auraient tout intérêt à connaître, à vénérer et à invoquer cette grande sainte, dans les jours mauvais que nous traversons. Les familles se ressentent du mal affreux qui mine sourdement la société : l’athéisme ; la foie diminue de jour en jour, et lorsque les grandes épreuves viennent nous visiter, nous n’avons plus à leur opposer le bouclier invincible de la confiance en Dieu. Que d’infortunés tombent alors dans le désespoir, murmurent contre le Ciel et rendent leur situation irrémédiable par le découragement auquel ils s’abandonnent et l’absence de tout effort !

Eh bien ! Sainte Rita apparaît à ces désespérés, à ces ruinés, à ces persécutés, à tous ceux que le malheur accable, comme l’arc-en-ciel qui annonce la fin de la tempête, ou encore comme la planche de salut qui doit arracher à l’abîme le pauvre naufragé. Son crédit auprès de Dieu est tel, et les preuves de sa merveilleuse puissance d’intercession sont tellement irrécusables que ses compatriotes l’ont gratifiée du plus honorable des surnoms : « Santa degl’impossibili », « la sainte des impossibles », c’est-à-dire la sainte à qui rien n’est impossible et qui sauve ses clients dans les cas même où tout espoir humain est perdu.

 

II. – Vie de la Sainte

 

Sainte Rita naquit le 22 mai 1381, à Rocca Porena, en Ombrie. Ce fut un ange qui lui apporta du Ciel le nom de Rita. Elle passa sa jeunesse dans la prière et les mortifications, puis fut mariée, à douze ans, à un gentilhomme de caractère emporté, avec qui elle eut durement à souffrir.

Grâce à ses prévenances, à sa douceur et à sa patience, son mari se convertit et changea de conduite ; malheureusement, il fut assassiné, et la sainte restait veuve avec la charge de deux enfants. Ces derniers moururent, et la pieuse veuve sollicita son entrée chez les Augustine de Cascia, car, depuis ses tendres années, elle aurait voulu se consacrer à Dieu dans la vie religieuse, et elle ne s’était mariée que sur l’ordre exprès de ses parents. Sa demande d’admission fut repoussée trois fois, malgré les plus vives instances ; le cloître d’admettait que des vierges. Rita, voyant que tout appui humain lui faisait défaut, se tourna vers Dieu et le supplia, par d’ardentes prières, de lui accorder ce que les hommes lui refusaient. Sa prière ne fut pas vaine, car, comme le disent les actes de canonisation, ses saints protecteurs la transportèrent miraculeusement au monastère, les portes étant fermées, au grand étonnement des religieuses, qui ne purent alors refuses le présent que le Ciel leur faisait. Le divin Maître la fit participer aux douleurs de sa Passion en permettant qu’une épine se détachât, un jour, de la couronne du crucifix devant lequel elle priait, pour la blesser au front. L’épine fit une plaie que rien ne put cicatriser et qui se voit toujours sur le saint corps. Rita vécut plus de quarante ans dans le cloître. Quelque jours avant sa mort, le Sauveur fit fleurir un rosier et mûrir une figue, à la prière de sa fidèle épouse : on était en plein hiver, au mois de janvier. L’Enfant Jésus sur les bras de Marie, vint lui annoncer sa délivrance, et, à l’heure même où elle rendait le dernier soupir, les cloches du monastère, mues sans doute par les anges, s’ébranlèrent, tandis qu’une lueur éclatante se montrait au dessus de sa cellule. C’était le 22 mai 1457. Elle avait vécu soixante-seize ans. Son corps se conserve intact dans l’église des Augustines de Casia ; des parfums merveilleux s’en échappent souvent pour embaumer le monastère et les pèlerins : le fait a été dûment constaté par l’autorité ecclésiastique, et il fut un des trois miracles approuvés pour la canonisation. – Pie X avait une grande dévotion à sainte Rita.

 

Des merveilles sans nombre récompensent chaque jour la confiance de ceux qui appellent à leur aide sainte Rita, si justement nommée « la Sainte des Causes désespérées ». Cher lecteur, faites en l’heureuse expérience.

 

III. – Prière à Sainte Rita

 

Glorieuse sainte Rita, vous qui avez si merveilleusement participé à la douloureuse Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ, obtenez-moi de souffrir avec résignation les peines de cette vie, et protégez-moi dans toutes mes nécessités.

300 j. d’ind. Une fois par j. Pie X. 11 août 1906.

 

Prière à Sainte Rita

Avocate des causes désespérées

 

O sainte Rita, ma puissante avocate, me voici à vos pieds, pour implorer votre protection. Voyez combien sont grandes et douloureuses mes afflictions, combien sont graves les dangers qui me menacent. Je viens à vous avec confiance, et je vous supplie humblement d’intercéder pour moi devant le Trône de Dieu. Laissez-vous toucher par mes prières et par mes larmes, daignez vous charger de ma cause auprès du Dieu des miséricordes et de toutes consolations. Dites-lui une parole en ma faveur, conjurez-le de ne pas me traiter comme mes péchés le méritent, priez le d’avoir pitié de mes misères et de mes afflictions. Faites-le, ô vous qui êtes l’avocate des causes désespérées, et que l’on invoque alors que tout appui humain fait défaut. Faites-le par l’ »amour que vous portiez au Divin Crucifié, et qui vous a mérité d’être blessée au front par une épine de sa Couronne. Faites-le par la gloire dont vous jouissez maintenant au ciel, auprès de votre divin Epoux. O aimable Sainte, ma puissante avocate, je vous confie le triomphe de ma cause et j’ai confiance en vous.

 

3 Ave et 3 Gloria.

 

Dieu soit béni !

 

 

IMPRIMATUR :

Augustodini, die 10 Augusti 1908.

A. Manier, v.g.

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

coatofarms

Blason épiscopal de S. E. Mgr Michael French, crsa

Recherche

Qui sommes-nous ?

JesuMariaNous sommes une communauté de prêtres catholiques sédévacantistes, Chanoines réguliers de Saint-Augustin, sous l'obédience de Monseigneur Michael French (Royaume-Uni). Nos Ordres sacrés viennent de l'Eglise catholique romaine, transmis par le Rituel du Pontificale romanum traditionnel.

Nous professons la Foi catholique orthodoxe, célébrons la Liturgie selon les décrets du saint Concile de Trente en suivant l'Ordo traditionnel, et pratiquons la discipline ecclésiastique conformément au Code de Droit canon de 1917.

 

Mgr French-copie-1   

Hors de l'Eglise il n'y a pas de salut. Il est nécessaire d'être catholique romain pour être agréable à Dieu et éventuellement sauvé. Seul le respect intégral de la Tradition préserve la vraie piété et les moeurs catholiques.

Contact

96757066 oPour contacter le webmaistre et recteur de la Mission Sainte-Agnès, vous pouvez écrire à l'adresse suivante :

 

abbesscharf @ yahoo.fr (tout attaché)

 

oratoiresteagnes

 

Dimanche

Messe chantée : 10 h 00

Instruction religieuse : 15 h 00

Salut du S.-Sacrement : 16 h 00

 

Semaine

Messe basse : 6 h 30

 

Autres activités

Se renseigner.

 

Ce lieu de culte étant privé, on est prié de s’annoncer en téléphonant ou écrivant à l’Abbé.

   

    F Merci de prendre connaissance

des règles vestimentaires et sacramentelles catholiques.

Prières Catholiques

    trirègneFidélité au Saint-Siège,

c.-à-d. au Souverain Pontife, successeur de saint Pierre, Vicaire de N.-S. Jésus-Christ, garant indéfectible de la Foi catholique.

armes franceFidélité au Prince légitime,

Lieutenant de Jésus-Christ, exerçant le pouvoir par participation au Glaive temporel du Souverain Pontife, Roi des rois.

  voeulouis13 Don Carlos

Nos Missions

Clergé

Maison-mère CRSA en Angleterre

Capilla

Mission CRSA en Espagne et en Italie

oratoire1a

Missions CRSA en France

Les Editions Sainte-Agnès

Editions-et-librairie-Catholique-Sainte-Agnes 2Doctrine catholique traditionnelle intégrale

 

Les Editeurs sont fermement attachés à la doctrine catholique dans son intégralité et son orthodoxie, dans le respect et la soumission au Souverain Pontife, Vicaire de Jésus-Christ sur la terre et Roi des rois, dont le rôle est de confirmer ses frères dans la foi, et de régir les brebis et les agneaux du Seigneur dans une indépendance complète vis-à-vis des maximes du siècle.  

 

ligne éditoriale 

Les Ecclésiastiques se voient octroyer une remise automatique de 15 %.

 

Vaste choix de rééditions des Enseignements du Magistère

Pie VI, Pie IX, Léon XIII, Pie X, Benoît XV, Pie XII, Conciles...S. Pie X